vendredi 23 février 2007

Les amis d'Émile (49)


23/01/07 Ce soir, j'ai eu envie de vous montrer mon petit garçon avant qu'il soit atteint de cette maudite maladie. L'époque où on était pas obligé de lui faire prendre des tas de médicaments par tous les moyens possibles. L'époque où notre bébé n'avait comme stress que le choix de ses vêtements à porter pour la journée ou le film qu'il voulait regarder. Aujourd'hui, il est continuellement hypervigilant, anxieux surtout lorsqu'il nous voit sortir les fioles de pilules ou les sirops ou installer les seringues et autres bidules qui lui transperseront le corps. Pendant deux longues années, ce sera ça sa vie. Peut-il vraiment s'habituer à cette routine? Comprend-il vraiment que nous n'avons pas le choix car tel est le prix de sa survie? Et pourtant, il essaie...Du haut de ses 3 1/2 ans, il nous répète ce que nous lui avons donné comme explications pour qu'il comprenne. Il essaie de rendre normal toute cette mise en scène entourant les traitements de sa leucémie en verbalisant sur le pourquoi de tous ces sirops et pilules à prendre chaque jour. Mais, malgré son charisme et charme légendaire et extraordinaire, il ne réussit pas à se convaincre ni à nous berner. Alors, c'est le coeur lourd et l'esprit tourmenté qu'il se résigne et avale ses potions magiques. Ce soir, il est tellement fatigué de ce stress qu'il demande à se coucher aussitôt la dernière médication prise. Et comme si ce n'était pas assez, il faudra le réveiller pour lui donner sa chimio, le purinéthol, dans environ deux heures puisqu'il devra être à jeun depuis ce temps, au moins (il a mangé jusqu'à l'heure de son dodo). Il est vachement difficile de demeurer positive dans ces circonstances mais il le faut car je lui dois bien ça pour tous ces efforts surhumains qu'il doit faire. Émile est vraiment un petit "grand" homme. Alors pour me redonner du courage, je regarde une photo comme celle-ci et me dit qu'un jour, dans deux ans, je retrouverai mon petit garçon et laisserai derrière cette satanée maladie...en versant alors, non pas des larmes d'un immense chagrin mais d'un énorme bonheur retrouvé!!!!

7 commentaires:

Anonyme a dit...

Profite de ton beau garçon Louiselle et de toute ta belle famille. Garde courage et fierté de ses beaux liens que vous avez tissés et qui font que pour Émile tu es la plus belle maman du monde, qu'il te croit et te croira toujours. Vois la confiance dans ses si beaux yeux. Toi, tu sais bien que tout ce que tu fais, c'est pour lui. Courage, courage, courage. Emmanuelle

Anonyme a dit...

Louiselle, ma belle fille, ma courageuse maman
en lisant le blog de ce soir, tu m'as rendue inconsolable...
votre histoire me bouleverse et me fend le coeur...
Il ne faut pas lâcher, ma belle, même si je peux comprendre que ton coeur de mère est en lambeaux par les temps qui courent...sois courageuse...sois positive...ton petit trésor a grandement besoin de parents positifs...
Ce cher ange ne comprend pas ce qui lui arrive...mais vous deux, ses parents, vous le savez. Vous savez que la guérison s'en vient...ce sera long et pénible mais ce qui compte, c'est le résultat positif et de voir votre bébé devenir un beau jeune homme plein de santé...
c'est ce que je vous souhaite et que je sais qui arrivera dans quelques mois...
toute mon affection à la famille Fournier-Brassard

Karine a dit...

Le chemin de la guérison est semé d'embuches c'est certain, mas je suis sur que le soleil vous éclairera et vous guidera de la meilleur façon qui soit! Courage...+++++++++++++++++++++++

Francois a dit...

Je vous dis bon courage a toute la famille et je suis convaincu, chere grande soeur, que tu vas retrouver ton petit garçon de jadis. Je m'ennuie de vous tous et je me sens parfois très loin (géographiquement et non de coeur).

en toute simplicité
je vous aime et courage

tont petit frère

ps ma rapapoune t'envoie un bis soufflé

Anonyme a dit...

Bonjour ma bele Louiselle,
Jai été très touchée par tes messages. Ce n'est pas facile ce qui vous arrive mais garde courage ma belle. Je prie chaque matin pour la guérison de ton petit Émile. Vous ètes des parents formidables et si touchants. Votre attitude nous amène à faire une prise de conscience sur l'essence mème de la vie :ètre et sur la fragilité de celle-ci. Merci à vous deux de nous partager votre vécu. Merci pour votre dévouement,
Merci pour votre ouvertutre envers les autres.Merci d'etre dans ma vie. Je vous aime très fort et je suis avec vous malgré la distance.
Embrassez votre petit Émile de ma part.

Anonyme a dit...

Les enfants ont un sens de l'adaptation qu'il nous est parfois difficile de comprendre.
Je me souviens qu'au tout début des traitements, à Québec, votre petit avait peur, un peu, des piqures sur les doigts pour les prises de sang mais qu'une journée il a dit que ça ne faisait même pas mal. Il s'était adapté.
Son premier traitement à Alma a été ardu, il me semble. Le second sera moins pire ainsi que tous ceux qui suivront.
Il ne faut surtout pas vous décourager. Dans quelques temps, lorsque le rythme de croisière sera enclenché, que maman ira faire quelques journées de travail pour se changer les idées, tout sera plus facile beaucoup plus facile.
Vous vivez de durs moments, mais il ne faut pas lâcher, pour le bien de votre bébé.

Anonyme a dit...

Un petit flash pour vous dire qu'un jour Émile lira ce blog, verra l'empleur parmi la population, mais le plus merveilleux, il constatera à quel point l'amour de sa famille est immense et infinie...Car lorsqu'il sera en âge de bien comprendre, il sera touché par ce que la population a fait, mais avant tout, ce que vous, sa famille avez déployé pour lui...Le site, les activités de collecte de fond, le temps que vous prenez pour nous expliquer et pour nous faire partager. Oui il sera reconnaissant envers les gens , mais surtout de vous, son père, sa mère et ses frères et soeurs... Mes prières à vous...M.Potvin